Il est révolu le temps où je pouvais regarder 7 à 8 tranquillement sur TF1 lors d'un dimanche après-midi pluvieux. Maintenant que le robinet des cartes piratées s'est fermé j'avais pas vraiment le choix hier que de regarder la fameuse émission Sofiène show sur TV7, et le constat était pour le moins consternant.

Il faut dire que les moyens ont bel et bien été déployés pour cette émission, un joli plateau, de la lumière (eh oui c'est un luxe pour TV7 de projeter convenablement la lumière sur les plateaux, vous n'avez qu'à regarder le JT et vous comprendrez de quoi je parle..)des invités..Bref tout ce qu'il y a de plus normal dans tout show qui se respecte, du moins sur le plan de la forme.
Venons en au fonds maintenant, j'ai été vraiment choquée de voir des gamines de moins de 5 ans maquillées de la sorte, avec des perruques, un maquillage à outrance et des gestes qui ne sont pas de leurs âges. Vous me diriez que c'est le concept de l'émission que les enfants soient déguisés, mais excusez moi c'est exactement là que le bât blesse : comment peut-on instrumentaliser des enfants pour faire un show débile et sans aucune valeur artistique.
Je m'explique: les enfants qui ont fait l'émission ont juste été habillés et maquillés comme leurs stars préférées, et n'ont fait que "chanter" en play back une de leurs chansons?
Où est l'innocence d'un petit enfant de 5 ans à qui on a tout enlevé au profit d'un masque d'une star trentenaire? Où est la spontanéité chère à l'enfance à qui on a préféré un discours enregistré et des réponses apprises par cœur? Où est la créativité ? Où est l'art? Où sont les jeunes talents?

Je me rappelle l'école des fans de Jaques Martin et des enfants qui venaient chanter tout simplement un refrain de la chanson de leur chanteur préféré présent sur le plateau sans strass ni artifice, je me rappelle de mes éclats de rire devant autant de spontanéité, de sincérité et d'innocence, je me rappelle de mes yeux émerveillées devant la virtuosité des enfants venus jouer d'un instrument..

Cactus Production qu'avez vous fait de nos enfants?

Il est vrai que notre TV7 nationale est très loin du compte niveau production, et la venue de producteurs privés est le seul moyen de hisser un peu le niveau de cette chaîne. Ceci étant la présence d'une seule maison de prod, la société Cactus Production pour ne pas la citer, ne peux pas améliorer l'état actuel des choses. Si l'on veut que notre chaîne continue sa mission de service public tout en s'ouvrant aux privés, elle doit fonctionner comme diffuseur et appliquer un cahier des charges sélectifs des programmes.
Jusqu'à présent cette ouverture ne profite qu'à Cactus, avec des concepts plus ou moins discutables...Alors dans l'attente d'un hypothétique revirement de la situation (ayant perdu toute confiance dans la qualité de nos programmes j'espère au moins qu'ils trouvent une nouvelle carte pour décoder nos bonnes vielles chaines françaises), j'ai décidé d'enterrer à jamais ma télé.


Read Users' Comments ( 10 )

Dilemme


Faut-il "se contenter de la vie"? Le temps qui passe, le destin qui se dessine , la stabilité professionnelle et le pseudo confort matériel...
Être proie au conformisme social, faire comme les Autres, un boulot, des enfants, une voiture et une jolie maison..ou s'échapper de cette vie toute tracée ?

C'est l'histoire de Franck et April Wheelet, héros du films Les noces rebelles de Sam Mendes, d'après le roman "Revolutionary Road" de Richars Yates.

"Ils se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu’ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l’inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales. Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu’ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d’une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions..."

Bien que les faits se déroulent dans les années 50, le sujet reste d'actualité et parle de questions intemporelles et universelles tels que l'abandon du rêve, de la facilité avec laquelle tout un chacun se moule dans la société sans se soucier de son bonheur véritable..

Quand on considère qu'on est différents de ceux qui nous entourent, de la médiocrité d'une classe moyenne aux ambitions uniformes et aux aspirations pareilles..Que faut-il faire?
Faire l'autruche, s'engouffrer dans le train train quotidien rassurant mais terriblement frustrant d'une vie banale, se fondre dans le moule de la conformité sociale ou se libérer?

Mais plus le temps passe, plus le quotidien prend le dessus..La stabilité matérielle et professionnelle nous enchaînent et toute tentative de s'y libérer devient des plus hasardeuses..

Un conformisme tacite et consentant d'un côté et une envie d'aller voir ailleurs de l'autre, tel est le dilemme...


Read Users' Comments ( 1 )